Aller au contenu principal

6 projets de recherche à travers le réseau UQ pour la reprise post-pandémique financés par le fonds Nouvelles frontières en recherche

Suite à l'appel spécial Recherche pour la reprise post-pandémique lancé en 2022 par le fonds Nouvelles frontières en recherche, 61 projets de recherche ont été retenus à l’échelle du Canada, dont 6 dans le réseau de l'Université du Québec. Cet appel spécial vise à mobiliser les efforts de recherche dirigés par le Canada pour soutenir une réalité post-pandémique plus équitable, durable et résiliente. Ces projets répondent directement à une ou plusieurs des priorités de recherche énoncées dans le Schéma directeur des Nations Unies en matière de recherche pour le redressement post-pandémique.

Chacun des projets retenus dans nos établissements ont obtenu une subvention de près de 500 000$ sur 2 ans.

  • Des chaînes d’approvisionnement responsables et ouvertes pour la transformation et la traçabilité des écosystèmes agroalimentaires (CAROTTE AA)
    Carène Tchuinou Tchouwo, Université du Québec à Montréal (UQAM)

    Le projet a pour objectif de repenser les chaînes d’approvisionnement agroalimentaires du Canada afin de les rendre plus locales, plus vertes et plus durables en misant sur l’innovation et la collaboration entre les divers intervenants de l’écosystème, depuis le producteur jusqu’au consommateur.

    Cette étude inédite pourrait ouvrir la voie au développement de nouvelles chaînes d’approvisionnement responsables, un objectif qui est au cœur du pilier 3 du Schéma directeur des Nations Unies en matière de recherche pour le redressement post-pandémique.

    Cochercheuses et cochercheurs principaux:
    • Catherine Beaudry, Fabiano Armellini, Samira Keivanpour, Thibaut Vidal, École Polytechnique de Montréal
    • Luc Bres, Université Laval
    • Majlinda Zhegu, Université du Québec à Montréal (UQAM)
       
  • Une solution numérique au service de la relance post-pandémique et de la santé mentale au travail
    Mahée Gilbert-Ouimet, Université du Québec à Rimouski (UQAR)
    Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le sexe et le genre en santé au travail

    Ce projet international (Canada, France et Pérou) vise à développer une solution numérique au service de la relance post-pandémique et de la santé mentale au travail, soit un premier prototype numérique pour identifier et cibler les actions requises pour réduire le stress au travail et ainsi accroître la santé et le bien-être des travailleuses et des travailleurs. Au Canada, pas moins de 500 000 travailleuses et travailleurs s’absentent du travail chaque semaine pour des problèmes de santé mentale.

    Cochercheuse principale: Manon Truchon, Université Laval
     
  • Arts et audiovisuels comme vecteurs de mobilisation entre communautés autochtones: une voie possible pour des changements transformateurs en prévention et promotion de la santé dans un contexte post-pandémique
    Dave Bergeron, Université du Québec à Rimouski (UQAR)

    Une équipe de recherche et des collaborateurs et collaboratrices autochtones et allochtones vont réaliser un projet qui marie les arts, l’audiovisuel et la promotion de la santé mentale dans une perspective de mobilisation des communautés autochtones en Amérique du Sud. Des acteurs de communautés autochtones Quechua du Pérou et Gunadule en Colombie participeront, avec l’équipe du professeur Bergeron, à ce projet qui vise à utiliser les arts et l’audiovisuel pour faciliter le développement, au sein des communautés, des pistes de solutions qui tiennent compte des approches et des méthodologies autochtones et occidentales et à, ensuite, se les partager entre communautés autochtones.
     
  • Prendre soin des soignantes: Laboratoire d’expérimentations politiques pour améliorer les conditions des travailleuses du care (LE-PACT)
    Geneviève McCready, Université du Québec à Rimouski (UQAR)

    Cette recherche-action participative porte sur l’amélioration des conditions du travail du «care», soit l’activité de prendre soin d’autrui. Par l’intermédiaire de médiums artistiques, les citoyens et citoyennes, travailleuses du «care», gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux et décideurs et décideuses politiques du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine miseront sur la transformation structurelle nécessaire pour créer un système alternatif et durable à la survie du «care». Ce projet fait partie d’un projet international, en incluant des comparaisons avec le travail de «care» réalisé au Brésil et en France.

    Cochercheuses et cochercheurs principaux:
    • Aurélie Damamme, Université Paris 8
    • Nadya Guimaraes, University of São Paulo
    • Jeanne-Marie Rugira, Université du Québec à Rimouski (UQAR)
    • Angelo Soares, Université du Québec à Montréal (UQAM)
       
  • ENSEMBLE: Improving resilience and social cohesion through transformed community and built spaces
    Marie-Christine Therrien, École nationale d'administration publique (ENAP)
    Directrice du Cité-ID Living Lab

    Ce projet vise à évaluer l’impact de l’environnement bâti sur la cohésion sociale et la résilience communautaire dans un contexte post-pandémique. Il sera mis en œuvre à Barcelone, à Colombo, à Harare, à Montréal, à Manchester et à Ouagadougou. Une douzaine de chercheuses et chercheurs, ainsi que de collaboratrices et collaborateurs, du Zimbabwe, du Burkina Faso, de l’Espagne, du Royaume-Uni, du Sri Lanka, de l’Australie et du Canada seront mis à contribution.

    En plus de contribuer à améliorer certains quartiers de ces villes, ce projet permettra aux décideuses et décideurs, aux organismes communautaires et à la population d’approfondir leurs connaissances sur la coproduction et la coévaluation des politiques et de la planification urbaine. Le projet vise également à tester une nouvelle approche de participation citoyenne combinée avec un outil de prise de décision pour les administrations publiques. De plus, une analyse comparative entre les villes permettra une meilleure compréhension des liens entre les différentes formes d’environnement bâti, la cohésion sociale et la résilience.

    Cochercheuses et cochercheurs principaux:
    • Lorenzo Chelleri, Universitat Internacional de Catalunya
    • Terrence Fernando, University of Salford
    • Kadidiatou Kadio
    • Yan Kestens, Université de Montréal
    • Udayangani Kulatunga, University of Moratuwa
    • Thomas Marambanyika, Midlands State University
       
  • Travailler sur les frontières des trajectoires: vers des modes de gouvernance robuste pour des systèmes de santé adaptables?
    Lara Maillet, École nationale d'administration publique (ENAP)

    Ce projet comparatif France-Québec a pour objectif de mieux comprendre comment la gestion par trajectoires et parcours de santé contribuerait à une réponse post-pandémique à travers une gouvernance et une organisation robustes et adaptables, notamment pour les groupes marginalisés ou qui ont plus difficilement accès au système de santé.

    Cochercheuse principale: Nassera Touati, École nationale d'administration publique (ENAP)

 

À propos du fonds Nouvelles frontières en recherche
Le fonds Nouvelles frontières en recherche soutient des recherches de calibre mondial, interdisciplinaires, internationales, à haut risque, à haut rendement, transformatrices dirigées par des Canadiennes ou Canadiens pouvant donner lieu à des interventions rapides. Le fonds est hébergé par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH). Les appels spéciaux du fonds Nouvelles frontières en recherche ont pour but de soutenir des recherches qui ciblent des domaines émergents et cadrent avec les grands objectifs du fonds.

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: