Aller au contenu principal

90 000 $ pour deux financements de recherche sur les matériaux innovants

M. Reza Jafari, professeur-chercheur au Département des sciences appliqués.

Optimisation des paramètres de fabrication des isolateurs superhydrophobe en caoutchouc silicone (45 000 $)

Le développement des surfaces superhydrophobes émergeant aux propriétés glaciophobes et autonettoyantes est très recherchée afin de pallier les problèmes d’accumulation de glace et de pollution sur la surface des isolateurs haute tension. Le présent projet est réalisé en collaboration avec un partenaire industriel (K-Line Insulators Ltd.) pour le développement des isolateurs polymères superhydrophobes fabriqués par un système d’injection. Dans ce travail la méthode de réplication directe qui présent des avantages considérables pour une application industrielle est utilisée. Ce procédé comprend trois étapes principales :

  • la fabrication d’un gabarit ou d’un insert ayant les motifs souhaités;
  • le processus de moulage où les motifs du gabarit seront reproduits sur le matériau polymère;
  • le détachement du polymère répliqué du gabarit (démoulage).

De plus, la qualité du démoulage ainsi que la durabilité des inserts produits seront évaluées à travers plusieurs cycles de moulage. Enfin, les résultats optimaux obtenus peuvent être utilisés pour produire des isolateurs superhydrophobe en caoutchouc de silicone via le système de moulage par injection de K-Line Insulators Ltd.

Développement de revêtements multifonctionnels de graphène/l’argent/l’hydroxyde de calcium avec des propriétés antivirales et antimicrobiennes (45 000 $)

La propagation d’un nouveau coronavirus humain (SRAS-CoV-2) en 2020 a montré comment les économies mondiales, les habitudes sociales et les activités humaines ne sont pas préparées à la diffusion de virus ou d’infections. Étant donné que ces microorganismes sont capables de survivre sur des surfaces pendant une période relativement longue, il est nécessaire de développer des matériaux capables d’inhiber la transmission des infections par les surfaces. Les nanomatériaux, capables d’interagir avec les pathogènes à l’échelle nanométrique, sont une solution prometteuse pour leur inactivation avant d’entrer dans le système hôte. L’objectif de ce projet est de développer des micro/ nanoparticules ayant différentes propriétés antibactériennes et antivirales, et de les intégrer dans une matrice polymère (en collaboration avec le partenaire industriel Nanophyll).

La méthodologie proposée est basée sur le développement d’un revêtement multifonctionnel à faible coût, facile à mettre à l’échelle et sur l’optimisation des paramètres du processus grâce aux plans d’expériences (DoE). Pour évaluer l’efficacité et la durabilité des revêtements produits, les propriétés antivirales, antimicrobiennes et de vieillissement accéléré seront testées.

Source :
Service des communications
UQAC, 24 novembre 2020

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Chicoutimi >>>

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: