Aller au contenu principal

Le professeur de l’INRS, Federico Rosei, reçoit le Prix du Québec Marie-Victorin

Le professeur Federico Rosei. Photo : Christian Fleury

Le gouvernement du Québec reconnaît le professeur Rosei pour l’excellence de sa carrière en recherche en nanosciences et en nanotechnologies

L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) est fier d’annoncer que le professeur Federico Rosei est le récipiendaire de l’un des Prix du Québec en 2021 : le prix Marie-Victorin. La cérémonie de remise des Prix du Québec aura lieu au Musée de la civilisation à Québec, le 10 novembre 2021. Premier chercheur de l’INRS à recevoir ce prix, Federico Rosei rejoint des scientifiques de grand renom du Québec, dont Armand Frappier (1979), fondateur de l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal, aujourd’hui le Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie de l’INRS, et Ashok K. Vijh (1998), qui a reçu un doctorat honoris causa de l’INRS en 2012.

Depuis 1977, le prix Marie-Victorin est décerné pour souligner l’excellence d’une carrière scientifique en recherche dans le domaine des sciences naturelles et du génie, mais dont les travaux ne relèvent pas du domaine biomédical.

« Au début des années 2000, alors que j’étais directeur du Centre EMT, j’ai eu le bonheur de recruter Federico Rosei comme professeur. L’avenir a montré que ses qualités de chercheur dépassaient toutes les attentes tant ses succès ont été nombreux et ont permis au centre de rayonner à travers le monde. »

Mohamed Chaker, professeur au Centre Énergie Matériaux Télécommunications

En plus de ses travaux de recherche exceptionnels, Federico Rosei a formé plus de 170 jeunes scientifiques de tous les niveaux (étudiants et étudiantes à la maîtrise, au doctorat et au postdoctorat), provenant de 42 pays.

« Le professeur Rosei participe de manière remarquable à la mission de l’INRS, soit la formation de personnel hautement qualifié au Québec. En plus de l’excellence en recherche, il a su placer l’enseignement au cœur de ses activités de recherche et nous sommes très fiers de constater que son travail est reconnu. »

Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS

L’originalité des recherches et le leadership du professeur Rosei sont également reconnus par la communauté internationale des ingénieurs et ingénieures, en particulier ses recherches originales sur les matériaux photoniques et les dispositifs optoélectroniques. Le prix Marie-Victorin souligne également ses collaborations mondiales par l’entremise de projets communs, de programmes de formation et de réseaux en Chine, au Mexique et dans plusieurs pays africains, ainsi que son implication exceptionnelle dans des programmes de mentorat.

À propos du professeur Federico Rosei

Titulaire d’un doctorat à l’Università di Roma La Sapienza, en Italie, le professeur Rosei est responsable scientifique du Laboratoire nanofemtoseconde ainsi que titulaire de la Chaire de recherche du Canada en matériaux nanostructurés et de la Chaire de l’UNESCO sur les matériaux et les technologies pour la conversion, l’économie et le stockage de l’énergie. Il a été directeur du Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS de juillet 2011 à mars 2019.

Il a publié plus de 400 articles avec comité de lecture, 12 actes de colloques, 9 chapitres de livre, 3 livres (dont 2 à titre d’éditeur), 4 essais et 4 brevets. La majorité de ses recherches sont publiées dans des journaux de très haute réputation, incluant ScienceNature PhotonicsNature Materials et Nature Chemistry, et ont été citées plus de 17 900 fois.

Federico Rosei a reçu de nombreux prix, dont la médaille commémorative Rutherford de la Société royale du Canada (2011). Il a également été le premier professeur de l’INRS à devenir Fellow de l’Institut canadien des ingénieurs (2013), le premier à recevoir la médaille Herzberg de l’Association canadienne des physiciens et physiciennes (2013), puis le premier à être nommé membre de l’Académie européenne des sciences, des arts et des lettres, de l’Académie mexicaine du génie, de l’Académie africaine des sciences et de l’Academia Europea. En outre, il est le premier à devenir Fellow d’ASM International et membre de la World Academy of Ceramics.

Il a également été élu membre de la Société royale du Canada en 2014, à l’âge de 42 ans – l’un des plus jeunes dans l’histoire de cette académie nationale.

Source :
Service des communications
INRS, 28 octobre 2021

Toutes les actualités de l'Institut national de la recherche scientifique >>>

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: