Aller au contenu principal

Le professeur Federico Rosei reçoit le prix Urgel-Archambault

Federico Rosei, expert dans les domaines de la nanoscience et de la nanotechnologie, et lauréat du prix de l’Acfas Urgel-Archambault 2021. Photo : Josée Lecompte

L’Acfas honore le professeur Rosei en lui remettant un prix qui souligne l’excellence et le rayonnement dans le domaine des sciences physiques, des mathématiques, de l’informatique ou du génie.

Professeur à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) depuis 2002, Federico Rosei voit de nouveau sa carrière honorée. En effet, le lauréat du Prix du Québec Marie-Victorin reçoit également le prix Urgel-Archambault 2021 de l’Acfas.

Parrainé par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec (MEI), le prix Urgel-Archambault souligne l’excellence et le rayonnement des travaux et des actions dans le domaine des sciences physiques, des mathématiques, de l’informatique ou du génie.

La recherche, un vecteur de formation ici et ailleurs

Professeur à l’INRS depuis près de 20 ans, Federico Rosei y a développé un programme de recherche innovant dans les domaines de la nanoscience et de la nanotechnologie. Ses travaux les plus originaux portent sur de nouveaux nanomatériaux qui présentent des propriétés optoélectroniques et photovoltaïques prometteuses.

Les efforts du professeur Rosei vont bien au-delà de la recherche. Il se démarque également pour ses services à la communauté, notamment pour son engagement dans la formation de la relève. Dans le cadre de son mandat de titulaire de la Chaire de l’UNESCO sur les matériaux et les technologies pour la conversion, l’économie et le stockage de l’énergie (MATECSS), il est particulièrement engagé dans l’éducation de jeunes scientifiques provenant de pays en développement.

La Chaire MATECSS a pour objectif la formation de personnel hautement qualifié et le transfert de connaissances vers les pays du Sud dans le domaine des énergies renouvelables. Son programme de formation offre des occasions de stages de recherche dans les laboratoires des 12 membres du Centre Énergie Matériaux Télécommunications qui participent aux activités de la Chaire, de même que des professeurs des universités partenaires de plus de 20 pays d’Afrique, des Amériques et d’Asie.

« Les activités de formation sont au cœur de notre démarche, et j’encourage fortement les échanges entre les étudiantes, les étudiants et de jeunes scientifiques de pays en développement, souligne le professeur Rosei, également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en matériaux nanostructurés.Pour favoriser le transfert de connaissances, j’organise des ateliers et des cours permettant de diffuser non seulement un savoir scientifique, mais aussi mon expérience de chercheur partout dans le monde ».

L’un des cours qu’il propose aux étudiantes et aux étudiants de pays en émergence a pour thème l’énergie et les changements climatiques. Le professeur y aborde les concepts de base de l’énergie, ses liens avec l’environnement, l’économie, ainsi que les enjeux du développement durable, des énergies renouvelables et des changements climatiques.

Le cours Techniques de survie scientifique porte, quant à lui, sur les défis d’une carrière en sciences.

Federico Rosei a reçu de nombreux prix, dont la Médaille commémorative Rutherford de la Société royale du Canada (2011). Fellow d’ASM International et membre de la World Academy of Ceramics, il a également été élu membre de la Société royale du Canada en 2014, à l’âge de 42 ans – l’un des plus jeunes dans l’histoire de cette académie nationale.

Le professeur Rosei collabore avec des scientifiques provenant de 36 pays, dont l’Algérie, la Belgique, la France, le Maroc et la Suisse.

Source :
Service des communications
INRS, 9 décembre 2021

Toutes les actualités de l'Institut national de la recherche scientifique >>>

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: