Aller au contenu principal

Psychologie et maladie cardiaque : subvention de recherche au professeur Greenman

2018-09-20
Le professeur Paul Greenman de l'UQO et la Dre Heather Tulloch, de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

Paul Greenman, professeur et directeur du Département de psychoéducation et de psychologie, obtient un appui de 900 000 $ pour un projet de recherche qu’il réalise conjointement avec une psychologue de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Monsieur Greenman est co-chercheur principal avec la Dre Heather Tulloch sur ce projet intitulé Guérir les cœurs ensemble (Healing Hearts Together). Ce projet de recherche a été financé par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada et par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), pour un total de 900 000$.

Il s’agit d’une étude randomisée contrôlée (ÉRC) d’une intervention de groupe qui vise des couples faisant face à la maladie cardiaque chez un ou les deux partenaires.

Une crise cardiaque ou une opération au cœur sont des évènements qui ont un impact non seulement sur la personne qui en souffre, mais sur les membres de sa famille et les amis.

Le but de l’intervention, basée sur le programme psycho-pédagogique Hold Me Tight de la Dre Susan Johnson, psychologue, est d’équiper les couples à faire face, ensemble, aux défis imposés par la maladie cardiaque, y compris les changements d’habitudes alimentaires; l’exercice physique; la prise de nouveaux médicaments; les nombreux rendez-vous médicaux; les chirurgies et autres interventions médicales; et les symptômes de dépression, d’anxiété et de stress post-traumatique.

Un aspect particulièrement novateur du projet est la mise en avant de la qualité de la relation conjugale comme instrument principal de changement. En plus d’examiner le fonctionnement conjugal et la santé mentale, les chercheurs exploreront les effets de l’intervention sur la gestion de la maladie cardiaque, sur des variables de nature biologique (p.ex., la tension artérielle, la réactivité cardiaque, le cholestérol) et sur des comportements reliés à la santé (p.ex., le tabagisme, la consommation d’alcool, l’exercice physique).

 « Nous savons depuis longtemps que la qualité des relations interpersonnelles, surtout les relations avec une partenaire ou un partenaire de vie, est tout aussi importante pour la santé physique et mentale d’une personne qu’une alimentation saine et l’activité physique régulière, explique le professeur Greenman. À l’inverse, l’isolement et la solitude sont aussi néfastes pour la santé que le tabagisme et la consommation excessive d’alcool. Or, 66% des personnes hospitalisées pour une maladie cardiaque sont mariées ou ont une conjointe ou un conjoint de fait. Il est donc primordial pour leur santé de les aider à maintenir une relation de couple de qualité, dans laquelle ils se sentent aimées et soutenues émotionnellement. »

« Les autres interventions pour les couples dans le domaine de la réadaptation cardiaque privilégient principalement les changements comportementaux ou l’éducation sur les maladies cardiaques et leurs conséquences, affirme de son côté la Dre Tulloch de l’Institut de cardiologie. « Nous voulions développer un programme pour les couples dans lesquels une maladie cardiaque est présente qui aborde ce qui semble affecter leur santé encore plus : la qualité du lien affectif entre les partenaires. Nous avons donc retravaillé les groupes “Hold Me Tight’’ pour répondre aux besoins spécifiques des patients cardiaques. »

Le recrutement des participants débutera à l’hiver 2019. L’étude se déroulera pendant trois ans à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa.

Source :
Service des communications
UQO, 18 septembre 2018

Toutes les actualités de l'UQO >>>

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: 23 mars 2023