Aller au contenu principal

ULaval et UQAT lancent le Consortium de recherche sur les panneaux composites à base de bois

Maïté Blanchette Vézina, ministre des Ressources naturelles et des Forêts et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie- Îles-de-la-Madeleine

2023-04-26

L’Université Laval et l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ont dévoilé le 26 avril 2023, à l’occasion du Carrefour Forêts 2023 au Centre des congrès de Québec, le Consortium de recherche sur les panneaux composites à base de bois (Corepan-Bois). Ce projet est mené conjointement avec le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) et le ministère des Ressources naturelles et des Forêts (MRNF).

Le consortium fournira aux entreprises québécoises et canadiennes un haut niveau de connaissances pour que le Québec et le Canada deviennent des leaders mondiaux dans la production de panneaux composites à base de bois.

«Cette industrie joue un rôle important dans la création de valeur ajoutée pour l’ensemble de l’industrie des produits forestiers, notamment en valorisant les espèces d’arbres moins recherchées et les résidus de la transformation du bois», souligne le chercheur principal Alain Cloutier, professeur à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval.

«La création de ce consortium est une excellente initiative pour mettre en valeur l’éventail de connaissances développées sur le matériau bois par les partenaires de recherche, et pour en développer de nouvelles. À l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, nous travaillons sur la valorisation du bois et de ses résidus en étroite collaboration avec les partenaires de recherche et industriels pour mettre en pratique des solutions innovantes», mentionne le co-chercheur Ahmed Koubaa, professeur à l’Institut de recherche sur les forêts et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la valorisation, la caractérisation et la transformation du bois de l’UQAT.

Pour mener ce projet d’envergure, un montant total de plus de 4 M$ sur 5 ans est octroyé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), par le MRNF et en partenariat avec le CIFQ par l’entremise du programme de Plateforme d’innovation panneaux, et par les partenaires du projet (FPInnovations, Produits Forestiers Arbec, Sacopan, Tafisa Canada et Uniboard Canada).

«Le gouvernement du Québec accorde, faut-il le rappeler, une aide financière d’un million de dollars au Consortium par l’entremise du programme de la Plateforme d’innovation panneaux qui est administré pour nous par le Conseil de l’industrie forestière du Québec. Je félicite le Centre de recherche sur les matériaux renouvelables pour ce projet qui saura accroître notre savoir-faire et consolider le rôle de premier plan du Québec dans la production de panneaux composites à base de bois au Canada et en Amérique du Nord. Cette expertise de pointe contribuera à la croissance économique, à la décarbonation de notre économie et à l’augmentation de la compétitivité du secteur forestier québécois», déclare Maïté Blanchette Vézina, ministre des Ressources naturelles et des Forêts et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie- Îles-de-la-Madeleine.

«Le programme Alliance du CRSNG appuie les collaborations avec un large éventail de partenaires qui permettent de relever de grands défis prioritaires pour le Canada. Félicitations au professeur Cloutier et à son équipe, ainsi qu’à leurs partenaires, pour leur travail concerté visant à produire de nouvelles connaissances et à accélérer l’application des résultats de la recherche pour que le Canada maintienne son statut de chef de file mondial dans la production de panneaux dérivés du bois», indique Alejandro Adem, MSRC, président du CRSNG.

«La recherche pour la valorisation des produits du bois s’inscrit en droite ligne avec les objectifs d’innovation et de création de valeur ajoutée de l’industrie forestière québécoise. En appuyant ce projet, l‘industrie se positionne en tant que promoteur de la recherche pour le développement et le rayonnement de produits locaux et recyclables qui peuvent jouer un rôle de premier plan pour la lutte contre les changements climatiques», déclare le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec, Jean-François Samray.

La recherche en 3 axes

Porteur d’innovation et d’avancement scientifique, ce projet cible 3 axes de recherche essentiels au développement de la filière d’activité liée aux panneaux composites à base de bois.

L’axe 1 vise à diversifier les sources d'approvisionnement en matière première, en valorisant davantage les bois résineux et les résidus de bois transformés. Il cherche à identifier de nouvelles sources durables d’approvisionnement en fibres issues de la biomasse forestière, urbaine et agricole.

L’axe 2 permettra d’optimiser les procédés de fabrication des panneaux, dont la réduction des coûts de production. Il vise à améliorer la performance des adhésifs à base de formaldéhyde et à développer de nouveaux adhésifs biosourcés ou issus de résidus de procédés de transformation industriels.

L’axe 3 mènera au développement de nouveaux produits, comme des panneaux composites plus résistants à la chaleur et à la dégradation biologique, ou des panneaux avec des surfaces antitaches et antibactériennes. Cet axe servira à implanter de nouveaux outils de gestion, d’aide à la décision et de contrôle dans l’industrie.

Ces nouvelles connaissances et ces solutions innovantes apporteront des avantages aux fabricants de panneaux pour suivre le rythme des demandes et tendances du marché concurrentiel.

Une main-d’œuvre qualifiée

L’industrie canadienne des panneaux composites à base de bois fait face à une importante pénurie de main-d’œuvre comme plusieurs entreprises du secteur manufacturier. C’est pourquoi le projet comprend un volet de formation. Il comportera 6 stages de 1er cycle universitaire, 19 projets de maîtrise, 16 projets de doctorat et 3 stages postdoctoraux.

Au total, 44 personnes seront en contact avec l’industrie et seront ainsi formées sur les principaux défis scientifiques et technologiques auxquels ce secteur fait face. Ces personnes représenteront une main-d’œuvre spécialisée disponible pour cette industrie, notamment pour les partenaires du consortium, une fois le projet terminé.

 

Source:
Équipe des relations publiques et du protocole
Université Laval, 26 avril 2023

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: 30 mai 2023