Aller au contenu principal

Enjeux

L’Université du Québec: un réseau de 10 établissements francophones, enracinés dans leurs milieux

Grâce au plus grand bassin d'étudiantes et étudiants et de chercheurs et chercheuses au Canada qui transmettent et diffusent des connaissances de pointe dans tous les domaines, les établissements de l’Université du Québec rayonnent par leurs recherches qui ont des retombées à l’échelle locale, nationale et internationale.

Découvrez quelques initiatives de notre réseau qui ont un impact sur les enjeux suivants.

Développement économique postpandémie

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

  • Un consortium de recherche avec des industriels et des organisations a été mis sur pied au Centre de transformation et de valorisation des bioproduits (CTVB), sous la direction d'André Pichette. L’infrastructure de recherche sera disponible pour les entreprises qui désirent développer leurs projets industriels avec la collaboration de professeurs-chercheurs et d’étudiants. 
     
  • Espace d’innovation en science de données et en intelligence d’affaires – Partenariat avec Co-operators – Bruno Bouchard 
     
  • Laboratoire d’enseignement en cybersécurité – Partenariat Desjardins – Bob-Antoine J. Ménélas

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

  • Avec ses travaux de recherche, la Chaire de recherche en intelligence artificielle pour des chaînes d’approvisionnement numériques, résilientes, agiles et durables de la professeure en sciences de la gestion Loubna Benabbou permettra au Québec d’améliorer sa compétitivité en transport maritime et d’utiliser la position stratégique du Saint-Laurent pour en faire un puissant vecteur de développement économique. L’intelligence artificielle devient une alliée dans la lutte aux changements climatiques, car les temps de transport pourront être restreints. 
     
  • L’équipe du professeur en génie Noureddine Barka a mis au point un prototype visant à sauver les baleines empêtrées dans les engins de pêche au crabe des neiges. Le dispositif développé répondra aux exigences éventuelles du gouvernement fédéral pour une pêche durable et sécuritaire qui permettra une meilleure protection de la baleine noire de l’Atlantique Nord. La commercialisation est prévue pour 2025.

Université du Québec en Outaouais (UQO)

  • Dirigé par le professeur Samir Amine, le Centre de recherche et d'évaluation en politiques publiques (CREAPP) documente les enjeux de l'heure quant à l'évolution des politiques publiques et des politiques économiques. 
     
  • L’Équipe de recherche travail et société (ERTS) documente les effets de la pandémie sur le monde du travail. La production du professeur Mathieu Dufour met en évidence les défis et les transformations engendrées par la COVID-19 sur le monde du travail et sa structuration.

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

  • Les résultats d’une étude sur l'anxiété de la communauté étudiante de l'UQAT en contexte de pandémie publiée dans une revue internationale de psychiatrie française démontrent que les effets de certaines variables sur l'anxiété sont plus marqués, notamment pour les femmes et les personnes non binaires que chez les hommes. Le fait d'avoir des enfants à charge peut également s'avérer être un facteur de protection. L'étude suggère ainsi que cette variabilité soit prise en compte dans la proposition de mesures d'intervention en contexte de confinement.

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

École nationale d'administration publique (ENAP)

École de technologie supérieure (ÉTS)

  • Les activités principales du Laboratoire de communications et d’intégration de la microélectronique (LACIME) se situent à l'intersection des 2 grands domaines de recherche que sont les communications et la microélectronique, exploitant du même coup leur complémentarité naturelle. Des dispositifs et circuits les plus petits aux systèmes de communication et de navigation terrestres et satellitaires les plus complexes, le LACIME est un laboratoire unique et un partenaire privilégié des industriels de par sa diversité et la complémentarité de ses expertises. Il offre un environnement des plus stimulant pour ses étudiants et chercheurs, contribuant ainsi à la formation d'une nouvelle génération d'ingénieurs habiles dans des domaines analogiques, numériques et mixtes qui répond aux besoins de l'industrie. 
     
  • Dynamo est une équipe de recherche en dynamique des machines, des structures et des procédés qui vise à répondre au besoin de l'industrie en innovation pour améliorer la qualité de ses produits et le fonctionnement de ses machines et procédés. Pour cela elle mise sur l’intégration de pratiques innovantes permettant les retombées commerciales des résultats de la recherche et sur le transfert technologique en entreprise des techniques à la fine pointe de la technologie, tout en tenant compte des dimensions environnementales, sociales et économiques. Dynamo conduit ses recherches appliquées dans trois domaines de la mécanique, soit la dynamique des machines, la dynamique des structures et la dynamique des procédés. 
     
  • Le Groupe de recherche en électronique de puissance et commande industrielle (GRÉPCI) est un regroupement de chercheurs dont les domaines d’intérêt sont la simulation et la commande intelligente des systèmes, l’électronique de puissance et les énergies renouvelables. Ses activités sont axées sur la recherche appliquée en collaboration avec l’industrie et divers centres de recherche. Sept professeurs de l’ÉTS assument la responsabilité et la supervision des travaux de recherche du GRÉPCI. 
     
  • Le Laboratoire en architecture de systèmes informatiques (LASI) est activement impliqué dans plusieurs projets de recherche en collaboration avec des partenaires industriels œuvrant dans de nombreux domaines, notamment dans les systèmes autonomes et en temps réel, le calcul en périphérie de réseau et l’infonuagique, la sécurité, les réseaux mobiles et les systèmes IdO (Internet des objets). Les membres du groupe mènent des recherches sur l’ingénierie des systèmes basée sur l’intelligence artificielle (IA), l’orchestration des ressources basée sur l’IA dans les environnements de calcul en périphérie de réseau et d’infonuagique, la conception et le développement de réseaux et d’applications intelligents basés sur l’IA et la sécurité basée sur l’IA. 
     
  • Le Laboratoire d’ingénierie des produits, procédés et systèmes (LIPPS) regroupe plus de 95 membres et est considéré comme un leader dans son domaine au Canada. Les membres du LIPPS mènent des recherches afin de produire, valider et optimiser des produits, des procédés et des systèmes en mettant de l’avant une approche pluridisciplinaire faisant appel à des notions du génie mécanique, du génie logiciel et du génie industriel. Le LIPPS se distingue par une démarche qui combine la recherche appliquée et les activités de développement industriel. 
     
  • Avec la participation de chimistes, de physiciens et d'ingénieurs de calibre mondial de partout au Canada, le Réseau CRSNG-électronique verte (GreEN) a pour but d'établir un groupe de collaboration qui mettra au point des matériaux, des dispositifs électroniques et des technologies de fabrication de pointe. Ce réseau permettra l'innovation technique sous la forme de nouveaux matériaux écologiques, de propriétés de détection et de transduction avancées, de conceptions spécifiquement adaptées et de procédés d'impression respectueux de l'environnement pour l'emballage des aliments. 
     
  • Le projet de recherche Fabrication et réparation par soudage des roues de turbines en alliage 13-Cr-4Ni: simulation et expérimentation porte principalement sur l'étude expérimentale et numérique des techniques de fabrication et de réparation des roues de turbine hydraulique dans le but de maximiser leur durée de vie en limitant et contrôlant l'effet des contraintes résiduelles propices à la fissuration dans les joints soudés. 
     
  • Le projet multidisciplinaire Fatigue and corrosion-fatigue behavior of 13Cr-4Ni steels and additively manufactured alloys, for application to large size components such as hydraulic turbines and machineries propose d'évaluer les effets synergiques de la fatigue et de la corrosion pour mieux comprendre le mécanisme de dégradation des alliages des turbines hydrauliques utilisées par nos partenaires. Ce projet a pour but de définir leur coût total de propriété et à développer des stratégies d'atténuation de la corrosion pour assurer la durabilité à long terme de leurs infrastructures. 
     
  • Le projet de coopération internationale 3D printing of refractory metals and alloys for aerospace and energy applications rassemble 2 universités, un centre de recherche et deux compagnies privées, une combinaison des technologies avancées de production de poudres en matériaux réfractaires ainsi que de leur mise en forme par fusion laser sur lit de poudre permettra la fabrication de composants mécaniques à très haute résistance thermique. Les résultats de ce projet permettront la création de dispositifs et de systèmes légers et performants jusqu'alors inégalés dans les secteurs de l'aérospatiale et de l'énergie. Le projet permettra la formation de la main-d’œuvre hautement qualifiée et le développement de connaissances avancées dans ces domaines à haut potentiel de commercialisation, en offrant ainsi un avantage concurrentiel à l'industrie canadienne. 
     
  • Le programme de recherche de Chamseddine Talhi, Context Aware and Extendable Mobile Security Mechanisms, fournira de nouvelles approches qui réduiront le coût de l'application de la sécurité et accéléreront le déploiement des mécanismes de sécurité. Par conséquent, il permettra une meilleure protection des infrastructures de TI et des appareils mobiles personnels et soutiendra l'industrie canadienne des TIC, aidera le Canada à maintenir son leadership en matière de cybersécurité et appuiera la formation de personnel hautement qualifié dans ce secteur.
Changements climatiques, carboneutralité et énergie verte

Université du Québec à Montréal (UQAM)

  • La Chaire de recherche sur la transition écologique de l'ESG UQAM, dirigée par le professeur René Audet, étudie et accompagne les transformations en cours en s’intéressant plus particulièrement aux innovations portées par les acteurs locaux de la transition sociale et écologique, ainsi qu’aux changements institutionnels inspirés de ces innovations.

Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

  • La Chaire en éco-conseil, dirigée par le professeur Claude Villeneuve, apporte de l’assistance professionnelle aux organismes, institutions ou entreprises souhaitant élaborer des projets dans un cadre de développement durable. Elle s’engage dans des projets dont l’aspect innovateur comporte des éléments susceptibles de générer de nouvelles connaissances/pratiques qui pourront être enseignées aux éco-conseillers ou partagées avec la communauté scientifique. 
     
  • Carbone boréal est un programme de compensation de gaz à effet de serre (GES) par plantation d’arbres et une infrastructure de recherche. Les gouvernements, entreprises et le public, en plus de pouvoir compenser des émissions de GES, bénéficient des travaux menés sur le réseau de plantations puisqu’ils font avancer les connaissances sur les changements climatiques. 
     
  • L'Observatoire régional de recherche sur la forêt boréale analyse les enjeux du Saguenay–Lac-Saint-Jean et ses écosystèmes forestiers pour un aménagement durable. Il permettra de trouver des solutions qui seront bénéfiques pour les communautés, les travailleurs de la région et tous ceux qui dépendent de l’exploitation de cette ressource naturelle, et ce dans une perspective de développement durable. 
     
  • Le Groupe de recherche sur l’écosystème du fjord du Saguenay fera avancer les connaissances scientifiques et aidera à mieux comprendre les facteurs qui influencent les habitats, la flore et la faune marine. Ce projet pilote innovateur, combiné à la création de deux nouveaux laboratoires soit le Laboratoire de recherche sur l’écosystème du fjord du Saguenay (Écofjord) de l’UQAC et le Laboratoire de recherche sur la biodiversité marine et aquatique (Biome) de l’Université Laval, permettra au GREFS de recueillir des données afin d’offrir aux gestionnaires maritimes un outil de gestion visant la préservation des écosystèmes, ainsi qu’une meilleure compréhension des facteurs qui influencent le milieu biologique et faunique du fjord et comment ceux-ci interagissent entre eux.

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

  • Le Réseau Québec maritime fédère les forces vives de la recherche, intègre les approches de développement durable et contribue significativement au développement de collaborations entre la communauté de recherche académique, industrielle, communautaire et gouvernementale. Il soutient également la recherche intersectorielle et la formation de personnel hautement qualifié. 
     
  • Directeur du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières et titulaire de la Chaire de recherche en géoscience côtière, le professeur Pascal Bernatchez mène des recherches déterminantes pour l’avancement des connaissances scientifiques sur la zone côtière du Québec maritime, dans un contexte où les changements climatiques et l’accélération de la hausse du niveau marin accentuent l’érosion côtière et augmente le risque d’exposition des infrastructures et des populations. Ses travaux ont donné lieu au développement d’un vaste réseau de suivi des changements environnementaux en bordure des côtes de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent et à la mise sur pied de l’un des plus imposants observatoires du littoral au Canada. 
     
  • Transformer l’action pour le climat: une approche centrée sur l’océan. Ce programme de recherche transdisciplinaire, centré sur l’action, porte sur l’océan et son rôle dans l’évolution du climat. L’objectif principal est d’analyser le rôle de l’océan dans l’évolution du climat et de développer des stratégies d’action permettant d’atténuer les causes du changement climatique. 
     
  • Le professeur en géographie David Didier réalise des travaux de recherche dans l’Arctique en réponse à une demande croissante des membres des communautés autochtones pour une meilleure compréhension des conséquences de la réduction du couvert de glace et d’une augmentation des dommages causés par les tempêtes. 
     

Université du Québec en Outaouais (UQO)

  • Le programme général de recherche de l'Institut des Sciences de la Forêt tempérée (ISFORT) allie économie, développement et durabilité dans le monde forestier. Douze professeurs se consacrent à ce programme de recherche interdisciplinaire. Le professeur Christian Messier dirige un projet CRSNG Alliance sur la résilience et le développement des forêts urbaines. Le professeur Jérôme Dupras dirige un projet sur les enjeux socio-écologiques de la forêt de concert avec le Jour de la Terre. La directrice Audré Maheu développe un programme sur l'hydrologie de la forêt, afin d’évaluer les relations entre le développement de la forêt et les bassins hydrologiques. Le professeur Clément Chion dirige un programme de recherche sur les relations entre les flux maritimes commerciaux et plaisanciers et les habitats et habitudes des mammifères marins du Saint-Laurent.

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

École de technologie supérieure (ÉTS)

Université TÉLUQ

Équité, diversité et inclusion

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

  • Les professeurs Isabel Desgagné-Penix et Hugo Germain se sont vu décerner le Prix sur l’équité, la diversité et l’inclusion (ÉDI) du Bureau canadien de l’éducation internationale (BCEI) pour leur importante contribution et leur engagement exceptionnel envers l’amélioration de l’ÉDI. 
     
  • En 2023, un nouveau microprogramme de premier cycle en études autochtones a vu le jour à l’UQTR. Il vise à enseigner l’histoire, les traditions et les savoirs des Premiers Peuples du Québec et du Canada, ainsi que les diverses formes d’expression culturelle qui les caractérisent. 
     
  • La Chaire UNESCO: petite enfance et intervention précoce inclusive, dirigée par la professeure Carmen Dionne, vise à favoriser l’accès et la participation des jeunes enfants à des activités de développement appropriées à leurs besoins et contextes de vie. 
     
  • La Chaire de recherche du Canada en éthique féministe sur les injustices structurelles, dirigée par la professeure Naïma Hamrouni, étudie la mécanique structurelle des discriminations croisées, leur influence sur les dynamiques intergroupes et la sédimentation des inégalités de pouvoir au sein de nos principales institutions sociales, ainsi que leurs manifestations dans différents secteurs de la vie institutionnelle et législative. 
     
  • La Chaire autodétermination et handicap (CAH), dirigée par le professeur Martin Caouette, détient une expertise en matière d’autodétermination des personnes en situation de handicap, plus particulièrement celles présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme. 
     
  • Le Groupe de recherche sur l’intervention précoce inclusive s’intéresse à l’intervention précoce auprès de jeunes enfants présentant des difficultés développementales. Les travaux portent sur l’évaluation et l’intervention auprès des jeunes enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme, leur famille et les milieux inclusifs qui les accueillent. Ils considèrent également les enfants ayant des retards de développement. 
     
  • Le Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’expérience inclusive de loisir vise à répondre au besoin de soutenir l’accès des personnes ayant des incapacités à une expérience inclusive de loisir satisfaisante au même titre que tout citoyen. 
     
  • Le Laboratoire en études féministes permet des collaborations interdépartementales et interdisciplinaires autour de trois principaux axes de recherche: sexe, genre, discrimination et représentation, mémoires et pratiques féministes, identité, diversité et intersectionnalité. 
     
  • Le Laboratoire Éducation et Diversité en Région (LEDiR) s’intéresse aux enjeux de la prise en compte la diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique dans les milieux éducatifs des différentes régions du Québec, où une diversité récente, issue de l’intensification des mouvements migratoires, s’ajoute à une diversité historique, liée notamment à la présence des nations autochtones, de communautés anglophones et de minorités racisées.

Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

  • Le Centre des Premières Nations Nikanite (CPNN) a pour mandats d’assurer la formation universitaire des populations des Premières Nations et des Inuits du Québec, d’offrir des services qui favoriseront la persévérance et la réussite scolaires des étudiants des Premiers Peuples, d’être un acteur clé de la recherche autochtone et d’offrir un milieu universitaire culturellement sécurisant. 
     
  • La Chaire de recherche sur l’autochtonisation de l’enseignement supérieur est une collaboration avec les communautés Innus (Mashteuiatsh et Uashat Mak Mani-Utenam) et partenariat philanthropique avec la Fondation de l'UQAC et Rio Tinto. Les axes de recherche seront élaborés pour, par et avec ces communautés afin de favoriser la formation d’une relève scientifique autochtone. La première phase de cette entente tripartite sera consacrée au développement du modèle, son fonctionnement et sa programmation scientifique par la création d’un espace de dialogue et de coconstruction avec les communautés autochtones. La deuxième phase s’amorcera avec la mise en place d’une infrastructure de recherche et de formation, par et avec les Premiers Peuples, basée sur les préoccupations, enjeux et défis de chaque communauté.

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

Université du Québec en Outaouais (UQO)

  • La professeure Audrey Rousseau co-dirige avec la porfesseure Carole Lévesque de l'INRS un projet intitulé Piiskuutamakuunipiijjuu. Ce projet collaboratif avec les Premières Nations d'une durée de 7 ans a pour but de comprendre les savoirs traditionnels liés au territoire. 
     
  • La professeure Karine Gentelet pilote plusieurs projets collaboratifs avec les Premières Nations et les porteurs du savoir traditionnel qui se situent au croisement du numérique, du droit et de l'inclusion. Karine Gentelet s'intéresse aux Premières Nations et plus largement aux populations marginalisées à l'ère du numérique et de l'intelligence artificielle. Ces collaborations avec l'industrie permettent de faire ressortir les enjeux éthique du numérique pour l'inclusion sociale.

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

École nationale d'administration publique (ENAP)

Université TÉLUQ

Développement équitable et bien-être des collectivités

Université du Québec à Montréal (UQAM)

  • Sous la direction de Nathalie Lafranchise, le projet Démarche de recherche-action collaborative vise à approfondir l’optimisation et les impacts des groupes de codéveloppement professionnel, dans une perspective transversale des secteurs. Neuf universités (dont l’UQAT et l’UQAR) ainsi que dix-huit partenaires organisationnels y participent. 
     
  • Les professeurs Kristian Behrens, Florian Mayneris et Julien Martin (titulaire de la Chaire de recherche sur l'impact local des firmes multinationales) s'intéressent au commerce et au développement économique. Leurs travaux ont entre autres porté sur la gentrification et la résilience de grappes industrielles.

Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

  • Le Groupe de recherche sur la motivation et le mieux-être au travail M2ÊTRE s'intéresse à l'étude des manifestations positives et négatives du bien-être des individus tant au niveau de la vie professionnelle (travail, études), familiale (relations de couple et familiales) que personnelle (relations sociales, habitudes de vie). 
     
  • La Chaire de recherche du Canada sur la carrière entrepreneuriale, dirigée par le professeur Étienne St-Jean, vise à étudier les cheminements de carrière des personnes qui choisissent de devenir entrepreneurs. M. St-Jean est également le directeur de l’Institut de recherche sur les PME, dont l’objectif est de rassembler des chercheurs sur les thématiques de la PME et de l'entrepreneuriat. 
     
  • La Chaire de recherche du Canada sur le climat social et la santé au travail, dirigée par la professeure Sarah-Geneviève Trépanier, vise à mieux comprendre comment favoriser des environnements de travail sains. Les résultats des travaux de la chaire de recherche permettront d’outiller les organisations collaboratrices afin d’optimiser la santé et le bien‑être des employés. 
     
  • La Chaire de recherche UQTR junior sur la santé des travailleurs vieillissants, dirigée par la professeure Alexandra Lecours, a pour mandat de promouvoir les aspects physique, mental et social de la santé des travailleurs vieillissants afin de favoriser leur participation au travail après une période d’invalidité et ainsi permettre d’optimiser leur contribution au fonctionnement des organisations et à l’essor de la société. 
     
  • La Chaire de recherche UQTR junior sur les pratiques en gestion des ressources humaines, le bien-être et la performance au travail, dirigée par la professeure Annick Parent-Lamarche, vise à développer une approche alternative de la gestion des ressources humaines donnant la priorité aux pratiques conçues pour valoriser le bien-être des travailleurs, et ce, dans une perspective de gains mutuels (employés/employeurs), et cela, face à un contexte où les transformations inhérentes au monde du travail risquent d’éroder de manière accrue le bien-être. 
     
  • La Chaire de recherche UQTR senior en gestion de la performance et des risques des PME, dirigée par la professeure Josée St-Pierre, vise à approfondir les connaissances des déterminants du succès et de l'échec des PME, dans des contextes de croissance, d'innovation et d'internationalisation. 
     
  • Le Laboratoire d’innovation en santé et sécurité du travail (LiSST) vise à développer des outils de gestion des risques de SST spécifiques à la transition des entreprises québécoises vers l’industrie 4.0. L’objectif est également d’élaborer des politiques de gestion regroupant des mécanismes décisionnels qui guideront les entreprises afin de mieux capitaliser les données nécessaires à l’évaluation de la conformité et la planification sécuritaire des activités industrielles en contexte de l’industrie 4.0. Ces politiques organisationnelles permettront de s’assurer de la révision continuelle des activités opérationnelles dans le but de protéger durablement les travailleurs.

Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

  • L’Observatoire sur les enjeux contemporains de la liberté d’expression, sous la direction de Geneviève Nootens, est responsable d’animer le dialogue science-société et d’identifier les enjeux et débats sociétaux actuels et émergents relatifs à la liberté d’expression dans différents secteurs d’activité. Ce projet est en partenariat avec 5 ministères du Québec. 
     
  • Développé en partenariat avec le CISSS Côte-Nord et le cégep de Sept-Îles, le Dispensaire urbain d’enseignement clinique est aménagé au campus de Sept-Îles de l’UQAC. Ce projet permettra de former du personnel infirmier dans des situations réelles de soins. Dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, il vise aussi à attirer et à retenir du personnel dans la région. Des activités de perfectionnement et de recherche sont aussi prévues.

Université du Québec à Rimouski (UQAR)

  • La professeure Marie-Hélène Morin et ses collègues Marie-Hélène Poulin (UQAT), Christiane Bergeron-Leclerc (UQAC) et Lily Lessard (UQAR) mènent une recherche intitulée «Prendre soin des plus vulnérables en contexte de COVID-19: la situation des proches aidants qui soutiennent des personnes présentant un trouble de santé mentale ou un trouble du spectre de l'autisme en milieu rural», financée par le RISUQ
     
  • La Chaire interdisciplinaire sur la santé et les services sociaux pour les populations rurales accompagne les populations, les acteurs du réseau de la santé et leurs partenaires pour développer des solutions innovantes, adaptées et ancrées visant à favoriser la santé et le mieux-être des personnes, des familles, des groupes et des communautés rurales. 
     
  • La recherche-action Bien vieillir chez soi développe, réalise et évalue la mise à disposition d’un camion équipé pour les intervenantes et intervenants du SIAD dans la MRC de Rivière-du-Loup afin de faciliter leur travail en contexte de régions rurales et de petites villes et d’augmenter le panier de soins et services offerts à domicile, qui autrement auraient lieu en centre hospitalier. 
     
  • La Chaire en éducation à l’environnement et au développement durable vise à bâtir des liens forts entre le milieu de la recherche, le milieu éducatif et l'action citoyenne, afin de contribuer au développement d’une société plus préoccupée par les questions environnementales et déterminée à faire face aux enjeux sociaux et écologiques. 
     

Université du Québec en Outaouais (UQO)

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

École nationale d'administration publique (ENAP)

École de technologie supérieure (ÉTS)

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: