Aller au contenu principal

Nouvelle université d’été en télédétection optique des environnements aquatiques

Photos : Guillaume Marie

L’UQAR offrira, du 9 au 20 août à l’Île Verte, une université d’été en télédétection optique des environnements aquatiques et des habitats côtiers. S’adressant aux étudiantes et aux étudiants de cycles supérieurs, ce nouveau cours mettra l’accent sur les écosystèmes aquatiques peu profond en milieu côtier.

Seulement 15 étudiantes et étudiants seront admis dans ce cours de spécialisation. Les personnes intéressées ont jusqu’au 8 mars pour soumettre leur dossier au professeur Simon Bélanger, qui est le responsable de la formation. « Les étudiantes et les étudiants seront sensibilisés à l’importance de la télédétection dans le contexte du suivi des écosystèmes aquatiques, dont les herbiers et les macro-algues. Ils pourront constater les avantages des techniques de télédétection hyperspectrale par rapport aux méthodes multispectrales classiques dans l’observation des eaux qui sont complexes d’un point de vue optique », précise le professeur Bélanger.

Plusieurs thèmes seront abordés dans le cadre de l’École d’été en télédétection optique des environnements aquatiques et des habitats côtiers. Parmi ceux-ci, mentionnons la gestion et la conservation des écosystèmes côtiers et littoraux, les fondements théoriques de l’interaction entre la lumière et le milieu aquatique, les techniques d’inversion en télédétection multispectrale et hyperspectrale, l’acquisition et le traitement de données optiques et hyperspectrales en milieu aquatique et sur le littoral, et, enfin, la télédétection des herbiers et des macro-algues.

Pendant dix jours, les étudiantes et les étudiants de cette université d’été seront hébergés au cœur de l’estuaire du Saint-Laurent, sur l’île verte. Située à la limite entre l’estuaire fluvial et l’estuaire maritime du Saint-Laurent, l’Île Verte fait face au Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et est reconnue pour son marais maritime présentant une biodiversité exceptionnelle. « Autrefois utilisé comme une ressource naturelle dans l’industrie de la construction et du rembourrage de meubles, l’herbier de zostère marine au sud de l’île est en pleine expansion après avoir pratiquement disparu en 1933 à la suite d’une épidémie qui a affecté 90 % des côtes de l’Atlantique américaines et européennes », mentionne le professeur Bélanger.

Des spécialistes de plusieurs disciplines, dont la géographie, la télédétection, l’optique marine et l’écologie, feront partie de l’équipe d’enseignement de l’université d’été. Notons la présence du Dr Curtis Mobley, récipiendaire du prestigieux prix Jerlov en 2016 remis à tous les deux ans par The Oceanography Society à un chercheur dont la contribution au domaine de l’optique marine et la télédétection de la couleur de l’océan a été remarquable.

Les étudiantes et les étudiants qui souhaitent s’inscrire doivent envoyer leur curriculum vitae, un relevé de notes de leur dernier diplôme, une lettre de motivation et une lettre de leur superviseur à l’adresse suivante : simon_belanger@uqar.ca. Les personnes sélectionnées devront s’inscrire en ligne avant le 1er mai prochain.

Rappelons que l’UQAR offre plusieurs universités d’été pendant la saison estivale, dont le Chantier-école d’archéologie, l’École d’été en géomorphologie quaternaire des Pyrénées, l’École d’été en océanographie, le Stage en géographie de l’Est du Québec, le Stage en biogéographie côtière, montagnarde et alpine, l’Université d’été en lettres et création littéraire

Source :
Service des communications
UQAR, 3 février 2020

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Rimouski >>>

Copyright © 2015  –  Université du Québec  –  Tous droits réservés  –  

Mise à jour: